26 Octobre 2016

La clé du démarrage est très simple, il faut être préparé. Préparé à tout et à rien, les deux à la fois.

Réfléchir à notre projet, à nos services, mais plus important encore, à quels besoins on va combler chez nos futurs clients potentiels. Trop souvent, les projets partent basés sur un entrepreneur qui a une « bonne idée ». Ce n’est pas parce que lui la trouve bonne que c’est vendable… la majorité du temps, ce ne l’est pas.

Sonder l’intérêt des clients directement. C’est ce que j’ai fait. Essayez-le, vous seriez surpris du résultat. Au début de 2015, j’ai commencé à mettre le projet en branle dans ma tête : plan d’affaires, brainstorming, je suis même allé suivre une formation sur le domaine des médias sociaux afin de voir où je me positionnais!

Après ça, j’ai commencé à valider le terrain, discuté avec des potentiels clients. Croyez-le ou non, j’avais signé 3 clients avant même d’avoir officiellement commencé!! La théorie c’est beau, mais, il ne faut pas avoir peur d’aller sur le terrain et de valider le concept. C’est payant, peu importe le résultat : les gens sont intéressés? YEAH!! On a quelque chose. Les gens ne le sont pas?? Peut-être que mon projet ou service n’est pas adapté à ma clientèle, ou c’est peut-être ma clientèle qui n’est pas correctement ciblée.

Il y a automatiquement des réponses lorsque l’on sort sur le terrain, pas nécessairement les réponses que l’on veut entendre cependant.

Quand on parle de préparation, on parle beaucoup de plan d’affaires. Je serai honnête, je ne suis pas un grand fan des plans d’affaires. Je suis un fervent vendu des plans d’action et des planifications stratégiques. On valide, on planifie, on exécute, on analyse, on ajuste, on recommence! Passer 6 mois à faire un plan d’affaires avant de se lancer en affaires… c’est une perte de temps!!

J’entends déjà les jeunes entrepreneurs dire : « Oui, mais un plan d’affaire, on en a besoin pour nos demandes de subventions et de prêts ». Vous avez raison, ça en prend un… mais ce qui compte le plus dans un plan d’affaire, selon moi, c’est le pitch de vente que vous ferez lors de votre présentation et, plus important encore, les lettres d’intention de vos clients qui seront en annexes de ce plan d’affaire!

Donc, deux mois ont passé, des clients ont démontré leur intérêt, je suis prêt à officiellement démarrer. Il ne manque qu’une chose : mettre ma tête sur billot! Tu y réfléchis, tu as une peur bleue de ne pas prendre la bonne décision, mais c’est justement ce qui fait le succès d’un entrepreneur : PRENDRE DES DÉCISIONS!

Ma décision était prise. J’ai remis ma démission, finalisé mes dossiers, quitté mon bureau pour une dernière fois, le vendredi après-midi…

Pour ensuite retourner à la maison avec mes trophées, aucun salaire et beaucoup d’espoir.

Assis sur mon divan, sirotant une petite bière, le regard vide, j’étais submergé par un feeling étrange, une boule dans l’estomac qui donne envie de pleurer, de rire, de crier. Une sorte de sentiment indescriptible qui te dit « MAIS POURQUOI TU AS FAIT ÇA!!!! » et un autre qui te dit « WOW! C’EST PARTI POUR UNE SOLIDE AVENTURE! »

Ce sentiment indescriptible, tu le vis tellement souvent en étant entrepreneur, que ça finit par devenir une partie de ce que tu es, la peur de l’inconnu, mais l’excitation fébrile de ne pas savoir ce qui s’en vient, justement…

Lundi, je commence ma nouvelle vie, ma nouvelle business… Agence MOBUX.